Eldenia Sekai

RPG Mangas Médiéval-Fantaisiste.
Bienvenue sur les terres d'Eldenia...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bref moment de répis

Aller en bas 
AuteurMessage
Kikïo Ryo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 26
Pseudo : Dragona
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Bref moment de répis   Ven 8 Aoû - 16:01

Cette nuit là, Stanefolm était calme et paisible. Joyeux sur certains endroits. Oh oui, pour une fois la salle des chevaliers riaient et chantaient comme des enfants le jour de noël ! Le jour de noël ?! Plus beaucoup de gens s’en soucient. La brise qui parcourait la ville ce soir là était bénéfique, elle aurait pu apporter l’odeur des morts qui régnaient sur les champs de bataille mais Dieu avait décidé dans sa grande sagesse de faire profité aux âmes en peine d’une journée normal sans pleure. Beaucoup de villageois croyaient au tout Puissant, cela leurs données des espoirs. Ils étaient si faible d’esprit que pour eux tout était dut à cette personne que peut disait avoir vue. Adossé contre un mur à côté de la salle des chevaliers, un sourire ce dessinait sur les lèvres d’une personne encapuchonné de la tête au pied. Elle souriait mais pourquoi ? Disons que de voir des gens ivres et heureux lui faisait plaisir, cela changé des champs de bataille sur les quels la jeune personne déchainait sa haine. Jamais le regard d’une femme n’avait hébergé autant de haine. L’inconnue ce releva délicatement et arpenta les rues de la ville. Quelques foyers étaient encore allumés. La vue de silhouette sombre assise sur un lit avec un livre dans la main et un enfant entrain de s’endormir ce dessinait sur des vitres. Kikïo n’avait pas de destination précise, elle était rentrée du front voilà à peine trois jours après avoir fait encore une fois une entrée fracassante. Malgré de bon résultat sur le front et ainsi ayant prouvé sa loyauté les villageois voyaient toujours en elle une batarde.

« …Rien ne changera ici…. »

Elle pensait souvent te, à voix haute, elle ne voyait guère l’utilité de pensée dans sa tête, d’ailleurs elle irritait beaucoup de gens par son attitude. Pour Kikïo à part le roi, personne d’autre ne méritait son respect. En termes de personne vivante jusqu'à maintenant elle avait adressé la parole qu’au Roi. Toutes les autres personnes à qui elle avait adressé la parole étaient soit mort de sa lame soit tué par l’ennemie. Plongé dans ses souvenirs, elle s’arrêta sur un pont qui ornait la citadelle et s’accouda sur les rambardes. Sous ce pont ce trouvait des chutes, on pouvait voir par moment des bougies sur de jolie socle descendre les petites chutes, des bougies en mémoire aux hommes morts.

« ….le nombre nombres augmente encore…. »

Elle comptait souvent le nombre de petite lueur, surtout la nuit tombé, quand il faisait noir le spectacle était magnifique, même son cœur meurtri l’apprécié, on aurait dit des petites lucioles. Un bruit arriva à ses oreilles et elle ne laissa pas une seule seconde de plus s’écoulé sans avoir sa main sur le pommeau de son épée en forme lunaire. Elle modifia sa voix pour le rendre plus grave est réaliste, elle n’aimait pas être embêté.

« Qui est la ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Ven 8 Aoû - 19:37

La soirée avait été sans nuage, et maintenant que la nuit été tombée, je levais les yeux au ciel avec un sourire peu encourageant. Ploc faisaient les gouttes de sang qui coulaient de ma main. Mon sang ? Non, mon regard était vermeil et j'arborais un magnifique visage de dément psychopathe en cet instant. Impitoyable et heureux de l'être. Tuer me faisait plaisir. L'homme qui gisait à mes pieds, un magnifique trou dans la poitrine, je ne connaissais même pas son nom. Mais ce soir ou j'étais un peu sur les nerfs, il avait été quelqu'un de magnifiquement utile, me bousculant sur la route, il s'était retourné en faisant un geste obscène, de toute évidence, les nobles, c'était pas son truc. Il avait vite regretté son geste quand au tournant de la rue suivante, comme une apparition, se dressait devant lui celui qu'il avait insulté. Je n'avais sorti qu'un petit couteau et lorsque j'avais percé son cœur, j'avais senti que ma main s'enfonçait avec dans son corps, j'aurai pu sortir de sa carcasse la palpitant encore chaud et lancer un grand rire sadique en l'enflammant. Mais il n'en valait pas la peine. Et essuyant ma main dans la première fontaine que je croisais à un carrefour, je défaisais les boutons de mon beau manteau noir et caressait d'un geste machinal la rose rouge qui lui donnait un aspect romantiquement macabre.

Mais ce n'était pas à cette fontaine que j'avais l'intention d'arrêter mes pas,e t sans prononcer un seul mot je continuais ma route jusqu'à la sortie de la ville, là je tournais à gauche, suivais un chemin que je connaissais bien. Passer la nuit à la belle étoile, me détendre seul dans les sources de la petite citadelle ? Tel était mon dessein après ce crime apaisant. j'apercevais encore les remparts de la ville au loin quand mes pas se posèrent sur le pont principal de la petite citadelle. Le cours d'eau traversait la ville et descendait jusqu'à la petite citadelle, puis continuait encore sa route jusqu'aux grandes chutes d'eau et le lieu qu'on appelait, l'érable cascadeur. Mais une silhouette encapuchonnée déjà était là bas. Femme ou homme ? Jeune ou vieux ? Rien, je ne savais rien, et alors que je voyais sa main se portait sur son pommeau, quand moi même je n'esquissais aucun geste et ne laissais que s'étirer mon sourire.

"Kaito mademoiselle, pour vous servir."
Répondis je avant de poursuivre.

"Et vous qui êtes vous ? Et que donc venez vous faire ici si tard dans la nuit, il est vrai que j'ai peu l'habitude d'avoir de la compagnie en cet endroit et à cette heure"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kikïo Ryo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 26
Pseudo : Dragona
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Ven 8 Aoû - 20:10

Ses yeux jaunes scrutèrent en secret le noble en face d’elle. Elle n’ut aucun mal à le reconnaître, il était souvent au côté du Roi. Kikïo retira sa main de son épée et ce tourna de façon à être face à cette personne. Un vague sentiment la parcourut au même temps qu’une odeur arriva à son nez. Elle brandit son épée si tranchante, la pointe de la lame ce posa sur le cou du noble. Une brise de vent retira la capuche de la demoiselle, ses cheveux blonds volaient au gré du vent Ses yeux étaient plongé dans s’eux de Kaito Miura , elle montrait une certaine hostilité , elle avait toute suite comprit qu’il était armé. Bien qu’elle s’en foutait des gens qu’il avait pu tuer. Kikïo chercha du regard, cela ne devait être que très petit, elle ne voyait aucune épée. Sans L’essai le temps de réagir elle rengaina son épée et retira sa cape, il faisait trop chaud pour porter un tel habit. Ses habits étaient certes court sur certains endroit montrant ses jambes, son haut était étrange, il possédait des sangles un peu partout.

« Irrespect …. Tuer est si facile Kaito Miura. De toute façon cela ne me concerne pas. »

Elle s’en fichait des caprices des nobles. Elle passa une main dans ses cheveux, son physique ne portait pourtant aucune marque de guerre. Kikïo pensait inutile de donner son nom, il devait certainement s’en souvenir. Elle s’assit sur le rebord du pont avec grâce sans fin, elle était quand même assez féminine pour un guerrier. Il avait mentionné un peu plus tôt qu’elle lui servait de compagnie.

« On dit que les personnes qui reviennes du front sont les plus atteint mentalement, mais ils ont tord. Ils devraient voir chez messires les nobles. »

Quel arrogance venant de la jeune femme. Elle n’était pas du genre à avoir sa langue dans sa poche. Elle s’approcha du noble et passa sa main dans ses cheveux, elle s’arrêta à un moment et nettoya de ses doigts une mèche de cheveux du sang.

« Du sang…. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Sam 9 Aoû - 11:10

Je regardais l'impertinente, c'était une jeune soldat renommée dans le royaume et dont on contait déjà les mérites. Se venger ? Alors oui elle poursuivait les mêmes buts que moi, mais elle ne semblait pas avoir les mêmes méthodes. Moi même il m'avait fallut arriver si haut dans la hiérarchie, en partant de rien. Ce que peux savaient c'est que même si on me considérait comme noble, même si j'étais le pus haut placé dans l'aristocratie après le roi, c'est qu'en réalité je n'avais pas de titre, après tout j'étais un Pallengad fuyant sa patrie au départ. Les titres on les a par la naissance. De toute évidence cela ne m'importait pas vraiment, tant que je gardais mes privilèges comme celui ci. Pouvoir tuer les passants sans que question il me soit posé.


"Et bien, c'est une de mes rares distraction, mais comme vous dites, cela ne vous concerne pas, d'autant que ce n'est pas vous qui m'empêcherai de jouir de ma position dans la hiérarchie."

Répondis je froidement. Un autre privilège, répondre à des paroles insultantes par des gestes insultants. Atteint mentalement. Qui de nos jours se permettait de qualifier un noble aussi haut placé que le conseiller du roi. Je laissais échapper un rire. c'était vrai, j'étais profondément atteint, seulement. . . Chuuuut, c'est un secret. Mon geste fut rapide, je saisissais mon poignard et lui laissais au niveau de la joue, une petite entaille, superficielle mais dont quelques gouttes de sang coulait, sang que je léchais en murmurant à son oreille.


"Oh mais comme vous avez raison mademoiselle Ryo, c'est la vengeance et tout ce sang qui obscurcit mon esprit et dérange ses rouages."


Je reculais de quelques pas et souriais, elle aussi n'hésitait pas à avoir des gestes insultants. Je repoussais sa main et répondit en souriant.


"Vous n'aimez pas le sang, c'est pourtant si beau, je ne connais pas beaucoup d'autre matière ayant un rouge si vif, comme je raffole de ce rouge."

Le même que mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kikïo Ryo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 26
Pseudo : Dragona
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Sam 9 Aoû - 15:29

Décidément cette personne fasciné vraiment la jeune fille. Il semblait jouir du malheur des autres, le portrait type des gens malheureux eux mêmes. Elle n’allait pas le privé de ce droit, elle n’était pas une justicière sortie d’un grimoire de contes pour enfant. Elle croisa ses bras et fixa le noble aussi fou soit-il. Elle semblait l’avoir vexé, quelques gouttes coulaient le long de ses joues. La belle récupéra le sang qui coulait d’un seul doigt avant de lécher son propre sang. Une vague sensation pressa ses entrailles avant qu’un rire doux ce face entendre. Décidément ce soir elle entendait vraiment n’importe quoi. C’était trop fort pour elle, comment pouvait-il dire qu’elle n’aimait pas le sang.

« Moi ne pas aimé le sang ?! Ha ha ah c’est trop fort. Je serais pas sur le front si je n’aimais pas sa. Un noble ne devrait pas être souillé par le sang. Les guerriers sont là pour sa, comme toujours. »

Kikïo avait ut un léger sourire en repensant à la phrase de Kaito Miura. Il avait dit « Mademoiselle Ryo », jamais personne ne l’avait traité comme une humaine et avec du respect, on l’avait toujours traité comme un chien sans race. Elle était née de rien, elle ne connaît pas ses parents, elle a vécu plusieurs années parmi les dragons. Elle s’était toujours battue, même toute petite. Elle avait l’impression de ce voir à travers cette personne de haut rang, non pas à cause de ce rang fictif mais dans la vengeance, elle le voyait bien dans ses yeux.

« Décidément beaucoup de gens dans ce bas monde veule ce venger. Vous n’êtes pas obligé d’utiliser avec moi des marques de respect. »

Ses yeux ce perdirent dans l’immensité du ciel étoilé de ce soir. Elle pensait à la différence de rang entre elle et Kaito, bien qu’elle avait le rang d’un guerrier, elle n’avait jamais été anoblie. Ce soir ce déroulé le marché nocturne en tous genre dans la citadelle. Ses mains ce dirigèrent sur un petit sac qu’elle avait caché des yeux de tous juste avant, des habits de paysans ce trouvait dedans, il fallait qu’elle retire ses lourdes protections.

« Cela vous direz de m’accompagné au marché ? »

Elle avança un peu plus loin sur le pont passant devant lui, que sa réponse soit positive ou négative il fallait bien qu’elle ce change. Elle ce mit derrière un arbre et retira son haut, on entendit le son des lanières qui tapèrent l’une contre l’autre, contre toute attente sous son haut ce trouvait une armure dès plus lourdes la protégeant. Avec finesse elle retira également ses bottes cavalières et sa jupe, elle sortit ses autres habits et rangea s’eux de guerre. Elle enfila une jupe rouge et longue ainsi qu’une chemise à manche longue et évasé, sous sa poitrine commençait un bustier en cuir noir qu’elle prit soin de lacéré. Sa chemise était à col arrondi et décolleté, elle avait ce qu’il fallait pour porter ce genre de chose. Elle retira ainsi tous chouchous et décorations dans ses cheveux. Elle revint vers le noble, vêtu comme cela on aurait dit une personne aussi fragile que du cristal. Ses habits étaient loin d’être comme s’eux des nobles mais elle les aimait. Elle enfila de petite ballerine noire d’époque et voilà elle était prête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Sam 9 Aoû - 17:54

Alors ça lui plaisait, la guerre ? Si je n’aimais pas les soldats en général, ceux qui tuaient pour le plaisir me dégoûtait particulièrement, mais ça n’avait pas l’air d’être ça chez elle, non chez elle, c’était la vengeance, rien que ce qu’elle dit au roi lors ce que je la vis pour la première fois le prouvait déjà. Et après tout, ne m’étais-je pas fait moi aussi soldat, malgré mon dégoût pour eux, et tout cela pour moi aussi me venger. Mais pas encore, je ne m’étais pas encore vengé, ma vengeance ne serait complète que lorsque Pallengad serait totalement détruit, pour le crime de deux gardes, c’était un royaume qui allait payer ! Un noble ne devrait pas être souillé par le sang ? Oh mais je n’ai pas désiré être souillé, on m’a éclaboussé de sang alors que je n’étais qu’un gamin de douze ans ! Ma seule faute constitue peut-être à m’être enfoncé jusqu’aux cheveux dans ce sang qui me faisait si peur à l’époque.

« Je méprise les guerriers autant que je méprise les principes, celui qui dit que les nobles ne doivent pas être souillé par le sang fait partie de ces principes. Je n’ai pas désiré être souillé, seulement maintenant, tuer est devenu un exutoire. Voilà ce qu’il advient de ceux qui poursuivent la vengeance. »

Lui répliquais-je sarcastique. Oui, la vengeance n’amène qu’à la démence. Souvent mon vieux maître me l’avait répété, jamais pourtant je n’avais daigné l’écouter, mais il avait eu raison, j’étais à moitié fou et complètement sadique, une malédiction inconnue me frappait et pourtant, je n’abandonnais toujours pas cette idée, je ne me rangeais pas. Pourquoi ? Parce que je n’avais rien d’autre, je ne vivais plus pour mon désir de vengeance, je vivais « par » mon désir de vengeance !


« Ce sont les aléas de la guerre. Chaque mort atroce entraîne une nouvelle vie dans le cycle interminable de la vengeance. . . Certains croient qu’on ne peut en sortir qu’en mourant, mais la mort n’est acceptable qu’une fois vengé, et alors, les descendants de votre propre victime se vengeront sur vos propres enfants, et ainsi jusqu’à la mort des temps. »

M’adressais je vraiment à elle ou ces paroles si terriblement vraies n’étaient-elles adressés qu’au vent. Un peu des deux je crois. Ne pas utiliser de marques de respect, ça aurait été de l’irrespect.


« Ce que les nobles, et par nobles j’entend ceux qui ne sont pas comme moi, qui n’ont pas passés six ans de leur vie à trimer pour obtenir ce rang, appellent la seule et unique question existentielle dans leur âme, c’est à dire, respecter ou ne pas respecter pourrait se traduire ainsi, mépriser ou ne pas mépriser. Je suis de ceux qui en publique, obéit aux obligations de son rang, à savoir respecter les supérieurs, mépriser les inférieurs. Simplement en privé, pour moi-même, je respecte ceux qui le mérite, je méprise ceux qui le méritent, tout simplement. »

De toute évidence je voyais la jeune guerrière comme une fille forte et intelligente, méritant mon respect, ce qui ne voulait pas dire qu’il ne me plairait pas de lui faire du mal, loin de là, faire plier les forts, là c’était une occupation jouissive, mais pas ce soir, pas aujourd’hui. Pas avec elle, après tout, elle aussi était une enfant de la vengeance et de la rancœur.

Ah oui, le marché nocturne avait lieu cette nuit ? L’y accompagné ? Pour quoi faire ? M’emprunter des sous, être vue en ma compagnie, je ne croyais pas ça d’elle. C’était quelqu’un de fière. Lorsque je la vis revenir, changée, je lui répondis.


« Le marché ? Ma compagnie vous est-elle soudain devenue si agréable ? Si ce n’était pas vous, je penserai qu’il s’agit là d’un quelconque intérêt mais, c’est vous, et je ne vous crois pas comme ça, vous êtes bien trop fière. Et bien pourquoi pas après tout, cela me changera peut-être les idées. »

Ainsi parler, si anodinement, simplement comme un être normal et naturel, qui ne venait pas du tout de tuer un passant car il l’avait bousculé et de lécher le sang d’une jeune femme simplement pour paraître un peu effrayant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kikïo Ryo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 26
Pseudo : Dragona
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Sam 9 Aoû - 18:42

Les dires de Kaito était vrai, il avait raison sur la vengeance, c’est un cercle vicieux. Elle voulait faire payer à Pellengad, elle voulait tous les détruire, les habitants de Pallengad pour elle n’avait rien d’humain, les causes de son malheur sont du à une seule ville. Sans le savoir les deux personnes poursuivaient le même but. La jeune demoiselle faisait un petit sourire en coin quand Kaito parla de sa compagnie. A vrai dire, pour une fois elle ne serait pas seule et faire un marché seule c’est quelque peu triste. Cela dit elle amorça la marche pour retourner dans la citadelle. L’atmosphère ce faisait lourde, et elle avait envie de parler.

« Six ans…Sa peut paraître long quand on ne sait pas quand on va mourir… Juste pour une vengeance… Je veux anéantir Pallengad ! Ils ont détruis les personnes que j’aimais, m’ont humilié ! Ils doivent payer de leur vie ! »

En l’espace d’un instant une haine des plus dévastatrices avaient assombrit ses yeux. Elle avait décidé depuis longtemps d’aller sur le front ce battre elle-même, tué les personnes de Pallengad. Chaque victoire de plus pour Stonefolm était un délice pour la jeune fille, les rouages de sa vengeance s’activaient de plus en plus à victoire. Enfin Kikïo vit le marché, il y avait surtout beaucoup de nourriture, mais aussi des marchands de tapis, de chapeau, de fleurs, d’habits pour paysan. Les nobles demandaient à de grands couturiers de faire leurs habits.

« Il y a un marchand d’arme juste à côté. Je m’arrête à ce stand et ensuite on fait tous le marché. Bien sur si sa te dérange je te retiens pas. »

Kikïo avança plus vite pour arriver au stand. Ses yeux s’illuminèrent face aux nouvelles armes qui étaient sous ses yeux. Elle chercha du regard l’arme qu’elle avait réclamée mais rien. La jeune fille sortit de sa bourse une pièce, une très vieille pièce datant d’avant la guerre. Elle l’avait obtenu du chevalier l’ayant prit sous son aile après qu’elle soit arrivé à Stonefolm. Le marchand regarda à droite à gauche et tandis un grand morceau de tissus dans le quel ce trouvait une arme. Il posa à côté une dague magnifiquement sculté. Kikïo versa l’argent qui fallait et récupéra sa pièce. Cette pièce était devenue un code pour ce marchand.

« On peut avancer. Si tu le désire je te montrerais à l’abri des regards mon nouveau joujou. »

Elle attacha sa dague sur sa cuisse droite et remit sa jupe en place. Elle prit le tissu dans sa main fermement et avança. Kikïo s’arrêta devant un vendeur de pomme et en acheta une dizaine. Elle en garda deux pour elle et laissa le sac avec les pommes restantes à terre. Il fallut moins de deux minutes avant que le sac parte. Deux enfants l’avaient prit, en prenant compte de leurs habits on voyait bien qu’ils étaient à l’abandon. Ses enfants lui avaient rendu un service une fois , en échange elle leur avait promit que chaque jour elle leur donnerait de la nourriture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Sam 9 Aoû - 19:21

La détermination, la colère, la haine profonde, ce sentiment si fort, si destructeur, et à vrai dire si incontrôlable. On n’avait beau essayer de la dominer, croire qu’enfin elle avait disparue, elle avait été maîtrisée. Non jamais ! Jamais on ne se débarrasse d’une telle haine, non, c’est elle, cette arme destructrice qui lorsqu’elle est enfin arrivée à ses fins, se débarrasse de vous. Ainsi qu’y a il après la vengeance, lorsque cette haine immuable a enfin atteint son accomplissement. Toi qui ne vivais que par ça ? Vous tous, vous tous qui n’existez que pour la vengeance, qui vivez par elle, qui n’êtes rien sans elle. Quand accomplie est votre vengeance ? Il ne reste rien de vous, elle vous abandonne, vous laisse pour mort, vous laisse pour. . . Pour rien, toute la place qu’elle a occupée est néant et vous êtes seul, sans aucune raison de vivre. Alors seul l’ultime souffle de la mort peut vous délivrer de cette pitoyable condition !


« A vrai dire ce sont des chiens dont leur roi est le maître et qui les lâche quand il le désire, il s ne sont pas humains, ce sont des animaux. C’est eux qui ont fait de moi l’être que je suis aujourd’hui, et lorsque mon terrible visage hantera leur dernier soupir, ils ne pourront que s’en mordre les doigt »


Répondis je sur le même ton. De toute évidence, nous ne savions rien, nous ne connaissions pas. Nous vivions en fonction de ce que nous pensions vrai, mais était-ce cela bien vivre ? Vivre comme il fallait. Oh et puis, que me prend-il maintenant de dériver à ce genre de question ! Nous avons tous vécus avec notre temps. . .

« Non ça ne me pose pas de problème, à vrai dire je ne suis en rien fatigué et je m’ennuyai. »

Et est ce pour cela que tu tuas cet homme Kaito ? Oui peut être ainsi que la colère et mes préoccupations du moment ? Une sœur, une sœur au palais ! Mais n’aurais-je pas préféré qu’elle fut morte au lieu d’ainsi me troubler et d’embrouiller mon esprit. Je secouai la tête et regardais la jeune femme. De toute évidence elle était charmante, et les traits de la rancune qui durcissait son visage ne la rendaient que plus belle aux yeux d’un dément comme moi. Mais je n’étais pas un de ces pervers, un de ces nobles sans vergogne qui s’approprie tout ce qu’il trouve beau. Contre toute attente j’étais quelqu’un de modéré, qui savait parfaitement me contrôler et ne pas céder aux tentations idiotes de la vie. Simplement je me permettais ce que d’autres ne se permettraient pas, parce que, chacun avait ses petits plaisirs.

Nous nous penchâmes sur le stand d’armement, pendant qu’elle s’extasiait devant la dague, certes fort belle au premier plan. Je me penchais sur la collection de poignards, et notamment un, que je ne possédais pas encore. Je questionnais le vendeur, de l’acier renforcé, le manche était en acajou magnifiquement ouvragé représentant une roseraie qui se mêlait et s’entremêlait. La lame dentée sur son cotée gauche se séparait en deux à sa fin, une des parties se recourbait en un léger crocher et la seconde continuait droite et tranchante. Je souris en tendant les sous nécessaires à l’achat du couteau. Et, alors qu’elle rangeait sa lame, j’ouvrais mon manteau trois quart, noir, sur l’intérieur du tissus se trouvait accroché une demi dizaine de poignards auquel j’ajoutais celui là. Évidemment à la maison, j’en avais encore bien plus, et, de l’autre coté de la veste, j’avais mes deux sabres, Hebi et Taka.


« Cela m’intéresse en effet. »

Lui dis je avec un sourire en coin en avançant encore. Et je rajoutais.


« Je te montrerai bien le mien, mais son usage n’est pas vraiment le combat et ce genre de spectacle ne manquerait pas d’attirer l’attention, en général les cris se font forts et persistants. . . Enfin, passons. »


J’observais le manège de la jeune femme avec le sac en prenant moi même une pomme contre une pièce, que je croquais.


« Et bien vous êtes fort généreuse mademoiselle, ce n’est moi même pas dans mes habitudes mais après tout, chacun allège comme il veut son esprit. Ou bien est ce quelque chose de plus sincère que la simple bonne action hypocrite de la journée ? Encore une fois, je ne vous imagine pas faire ça simplement pour acheter votre place au paradis. Vous avez l’air de vous foutre du paradis autant que moi, nous ne sommes pas de ceux que l’enfer effraye et je pense que l’enfer devrait plutôt s’effrayait devant ce genre de personne.»

Après tout, dans cette ville, ne me comparait on pas au diable ?.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kikïo Ryo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 26
Pseudo : Dragona
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Sam 9 Aoû - 23:10

Kikïo avait donc un gros point commun avec Kaito, ils voulaient tout deux détruire la ville ennemie. Elle voulait la mettre à feu et à sang après avoir fait sortir les entrailles une par une de la personne l’ayant humilié, elle lui arracherait la tête et l’accrocherait sur le drapeau du château Pallengad. En y repensant elle n’avait jamais vraiment imaginé sa vie après sa vengeance. Elle était bien trop vivace pour prendre le trône du Roi pour s’y asseoir dessus. Beaucoup de gens ce retournaient sur leurs passages, après tous un noble avec quelqu’un portant des habits de paysanne, même si son visage était connu il avait une différence.

« Ce sera donc un plaisir de vous distraire. »

Dit-elle en s’inclinant avec un sourire. S’il s’ennuyait vraiment elle savait où aller pour le distraire. Après avoir admiré toutes les armes qu’elle n’avait sut desceller sur le noble elle avança. Sans prévenir elle tourna d’un seul coup dans une très étroite ruelle, elle avait ut le temps de le choppait et de l’entrainer avec elle. Elle arriva au fond de cette rue, c’était un cul de sac enfin d’apparence. Cette rue autorisé le passage que d’une personne à la fois. Elle fit face à Kaito et retira le tissu de son arme. C’était une lance des plus particulière, au bout ce trouvait une lame d’épée, le manche mesurait deux mètres et était constitué d’or blanc, de l’autre côté ce trouvait une chaine qui tenait une sorte de disque circulaire denté. Le poids total de l’arme devait faire environs quatorze kilos, une masse assez importante.

« Voilà la toute nouvelle arme qui fera bientôt ses débuts. »

Juste après l’avoir remit dans le tissus, elle ce tourna pour faire face au mur et souleva ce qui aurait dut être des briques mais en faite n’était autre qu’une toile très bien réalisé servant à cacher une porte. Elle frappa trois fois et la porte s’ouvrit. A première vu c’était une taverne. Elle fit signe au patron et avança, elle alla en cuisine et poussa une armoire qui dissimulé une autre porte. Elle donna un coup de pied pour l’ouvrir. Derrière celle-ci ce trouvait une sorte d’arène diviser en plusieurs parties. Beaucoup de villageois ce trouvait ici. Un combat ce déroulé, une femme et un prisonnier de guerre.

« Je t’explique le principe. Sur chaque bataille on ramène secrètement des prisonniers de guerre de Pallengad. Dans le seul but que les villageois ce batte contre eux pour ce venger de quelque chose ou ce défouler. Dans tous les cas le prisonnier mourra. Je pense que ce genre de distraction devrait te plaire. Je t’inscris à un combat ou pas ? Moi j’ai envie de m’amuser. Toutes les armes sont autorisées. »

Kikïo ce battrait en jupe pour ce donner un handicap. Elle allait s’en faire quelques uns, c’était un jeu tenus secret des villageois et soldats. Elle prit place sur un balcon un peu plus haut, bien que le sol soit une sorte d’arène tout avait été décoré dans les gradins faisant ainsi pensé à un théâtre dont les prisonniers étaient les acteurs qui allaient connaître la faux de la mort. Kikïo s’affala sur un fauteuil des plus confortables et sur la rambarde elle y posa ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Sam 9 Aoû - 23:26

L’arme qu’elle me dévoila en vérité était impressionnante. Et je devais dire que pour la première fois depuis longtemps sur mon visage, on pouvait lire de la surprise. Je n’en avais jamais vu de telles, elle n’avait rien de commun. Et elle devait peser assez lourd en vérité. Mais où m’emmenait elle avec cette telle pièce d’artillerie. Nous pénétrâmes dans un lieu que là encore je ne soupçonnais pas, même si la toile peinte n’avait pas été trop dur à déceler pour un observateur aguerri et entraîné. L’endroit était assez surprenant, une taverne clandestine? Je devrais en faire part au roi. Après tout, c’était interdit de ne pas déclarer son établissement, pour ainsi s’exempter des impôts et des prix fixés. Mais nous nous enfonçâmes encore, et passèrent une porte qui nous mena dans une salle circulaire, en forme d’arène. Je regardais le combat. De toute évidence c’était le genre de jeu que le roi ne permettrait pas. Mais si l’on m’autorisait à y participer, je ne dénoncerai pas l’endroit. C’était le genre de lieu qui, je le savais, me permettrait de me défouler, et cela plus d’un soir.

« Quelle surprenante, et non moins brillante idée ! C’est charmant comme jeu »

Annonçais je avec un sourie narquois, de toute évidence, des villageois m’avaient reconnus et me regardaient avec un air terrifié, allais je les faire exécuter et fermer leur établissement préféré. Non. Certainement pas


« Aurez tu une double personnalité Ryo-chan ? Un instant, tu sembles une âme généreuse, l’instant d’après, tu te transformes en déesse de la guerre. . . C’est intéressant »

Plaisantais-je en m’asseyant à ses cotés, jouant avec mon nouveau couteau.


« Tu sembles bien me connaître, je sens que je vais me plaire ici. »

Ajoutais je en souriant.

« Oui, inscris moi, mais n’est ce pas déséquilibré, si les prisonniers meurent aux premiers instants, cela perd un peu de son charme. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kikïo Ryo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 26
Pseudo : Dragona
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Sam 9 Aoû - 23:48

Elle était contente d’avoir trouvé comment divertir cette personne. Le combat qui ce déroulait sous ses yeux ne la captivait pas, la femme avait beau tapé le prisonnier les coups qui lui redonnait était encore plus fort. Quand la femme tomba au sol on attacha l’homme devenus esclave et la femme ce releva pour le frapper avant de lui donner le coup fatal. Kaito lui avoua qu’elle semblait bien le connaître. A vrai dire s’était juste une question de chance, elle avait donc pensé juste. Ils avaient les mêmes centres d’intérêt. Elle ce devait de répondre ce devait de répondre à la question du jeune homme concernant sa double personnalité.

« Je n’ai pas de double personnalité. Je déteste juste les gens de Pallengad. Je n’aime pas aussi certaines personnes d’ici. Mais quand il s’agit de Pallengad c’est autre chose. »

Kikïo ce leva une fois le combat fini, il y avait une pause de deux minutes le temps d’inscrire les nouveaux combattants. Elle sauta dans l’arène pour arriver au niveau du maître du jeu. Elle lui murmura quelques mots dans l’oreille de cette personne avant de repartir et d’un seul bond arriva sur le balcon. Elle ce rassit, la jeune femme était contente de ce qu’elle venait de demander. Elle attendait avec impatience son tour, elle pourrait ainsi tester son arme.

« Tu te battras contre sept prisonniers dont un est l’un des plus coriaces de l’arène. »

Kikïo avait réservé pour son combat dix prisonniers mais en attendant fallait continuait d’admirer les autres combats. Quand les soldats ce battaient cela était un peu plus amusant que quand s’était les villageois. Après le combat de Kikïo et de Kaito devait ce dérouler l’ultime sentence. Un moment paradisiaque pour tous.

« Ah oui ! Il y a un autre jeu. Quand tous les combats sont finis, il y a l’ultime sentence. Parmi les combattants un nom sera tiré, cette personne devra retourner dans l’arène et tirait un papier avec un chiffre, le chiffre signifiera le nombre de prisonnier, et ainsi cette personne décidera comment ils devront mourir. C’est le moment préféré de tout le monde. »

Kikïo entendit l’appel pour le match de Kaito, elle allait pouvoir voir comment il ce bat. Elle lui fit un clin d’œil et ce concentra sur l’arène, elle ne voulait louper aucune seconde. Le combat allait commencé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Dim 10 Aoû - 0:23

Détester les gens de Pallengad. Voilà quelque chose de sensé et d’intelligent. Ces chiens boiteux, une épine dans le pied d’eldenia, un obstacle pour la domination de Stonefolm. Une nation d’êtres inhumains qui méritait toute la haine possible du monde et qui serait, j’en faisais le serment à cet instant, comme maintes fois auparavant, anéantie. Oui moi, qui était né chez eux, qui avait grandi avec eux, qui était mort avec mes parents, sous leur coups. Morts au sens figuré, j’avais plus ou moins perdu l’esprit, esprit remplacé par le seul et unique désir de vengeance qui m’animait et alimentait un tel sadisme dont je pouvais faire preuve.


« Et c’est tout à ton honneur, en général, je hais aussi les soldats, mais je dois avouer que c’est pas ton cas, tu me plais bien, eux ce sont tous des brutes sans cervelles qui ne savent faire la différence entre allié et ennemis, mais tu vois, je suis capable d’apprendre, et j’apprends aujourd’hui qu’il y a des exceptions »


La complimentais-je, moi complimenter quelqu’un ? Je veux dire, un compliment que je pensais ? Ouais décidément, j’étais perturbé ce soir, ou simplement avait elle réussi à gagner un tant soit peu de respect. Enfin, de quoi parlait-elle maintenant ? Sept prisonniers ? Dont l’un des plus coriaces de l’arène. Intéressant. Peut-être pourrais je prouver une valeur certaine et pourtant inattendue chez un noble. Mais elle devait quand même avoir entendu parler de moi. Après tout j’avais servi trois ans dans l’armée, trois ans si impressionnants, autant sur le plan technique que tactique, que j’avais été repéré et que mon intelligence et mes bons conseils, avait fait de moi ce que j’étais. Ma place, je l’avais gagné, à la sueur de mon front et au sang de ma lame.


« Sept ? Tu me sous-estimes. »


Plaisantais-je alors qu’un des gérants de l’établissement, venez apporter sur un plateau, deux verres d’un vin rouge à la magnifique teinte sanglante, je saisissais le verre à la manière de certains nobles arrogants il est vrai, le pied passant entre mon majeur et mon annulaire, la coupe dans ma main, je faisais tournoyer le liquide avant d’en boire une gorgée. Décidément, cet établissement devait bien gagner pour pouvoir se faire livrer d’aussi délicieux vins.


« Et bien je suis ravi de découvrir cet endroit. »

L’ultime sentence, quel concept amusant. Il était si jouissif pour un stonefolm de voir crever un Pallengad, un instant, je me disais que malgré tout, nos sujets étaient loyaux et connaissais leur ennemis.


« Personnellement je comprend cet engouement, il est assez jouissif pour le peuple de voir ainsi mourir ses ennemis, et je dois avouer que je partage cette joie avec autant de grandeur qu’est grande ma haine et mon désir de vengeance. »


J’entendis soudain mon appel et souris, je gardais le verre en main, et pour ajouter un peu de théâtre, ce que j’adorais, je sautais du balcon directement sur l’arène, sans faire tomber une goutte du liquide. Je voyais soudain entrer les combattants. Mon sourire s’agrandit pour laisser à chacun voir la démence du conseiller. Je brisais le verre sur un des murs de l’arène, et fonçais, le verre en avant sur le premier ennemi, je plantais le verre dans le bras qu’il brandissait pour ce protéger, et d’un mouvement rapide je me retrouvais derrière lui, et l’égorgeais, purement et simplement, à l’aide d’un de mes poignards que je rangeais. J’avais des techniques d’assassins, que j’utilisais même en combat. Le second fut tué, la tête explosée contre le mur de l’arène, alors que je le projetais. Après cette méthode ressemblant fort à une méthode de catch, sport que je n’appréciais pas réellement. Je sortis un nouveau poignard, que je lançais sur un troisième adversaire et qui allait se planter pile entre ses deux yeux. Je marchais vers lui et reprenais mon arme en regardant les quatre combattants restant.


« Et bien ? Vous êtes effrayés ? chiens de pallengad ! Venez, venez et crevez ! »

Crachais-je à mes ennemis en dégainant Hebi. Deux foncèrent sur moi au même moment, le premier eut la tête tranchée, le second se retrouva le cœur empalé sur le sabre.


"Dommage, peut être que les quatre contre moi, vous auriez pu me battre. Nan, je plaisante"

Affirmais-je avec un sourire narquois, le suivant m’attaqua avec plus de technique, de toute évidence lui avait été soldat. Je parais ses coups à la manière peu catholique de quelqu’un d’aguerri et de moqueur. A une main, en regardant, avec des mouvements de sabre si rapide qu’un de ses coups ne m’atteignait. Enfin il laissa une ouverture au bout d’une trentaine de secondes, ouverture que j’exploitais en tranchant simplement sa tête. Arriva le dernier, était ce lui le fameux « coriace » ?


« Alors, tu veux te venger, venger tes amis morts ? »

En un instant, j’étais face à lui et crachais.


« ça tombe bien, moi aussi »

Il me repoussait d’un coup de pied, et tout en me rattrapant sur mes propres pieds, je dégainais mon deuxième sabre. Et ainsi armé, je l’attaquais à nouveau, il me résista vaillamment une minute entière. Mais ne me blessa pas. Je finissais par le tuer en enfonçant ma première épée dans son corps, tranchant son corps à la taille avec la seconde lame. Finalement, je crachais sur son cadavre et me retourner vers Kikïo, avec un sourire dément, dément, mais sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kikïo Ryo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 26
Pseudo : Dragona
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Dim 10 Aoû - 1:15

Kikïo n’avait jamais vraiment savouré de vin, elle vida d’une seule traite tous le contenue. Le combat commençait enfin, elle allait pouvoir ce distraire. Elle avait put suivre chacun des mouvements de Kaito, elle riait dans son coin du malheur des prisonniers. Cette distraction la tenait en haleine, c’était un beau combat. Quand le dernier corps tomba à terre le public ce leva et cria de toute leur âme pour montrer la joie qu’ils avaient éprouvé. Jamais pareille bruit et hurlement avait été entendu dans cette arène. Kaito allait devenir le favori à ce rythme. Un petit challenge pour la belle qui ne le laisserait pas monté trop haut, elle a quand même un minimum de fierté.

« Ils t’adorent ! »

Ki-chan attendu qu’on retire les corps pour qu’elle fasse son entrée. Quand Kaito revint elle le tapota sur l’épaule pour lui montrer que c’était un beau match. Enfin l’heure était là, public allait pouvoir frémir de sensation, le sang allait couler jusqu'à dans les gradins. D’un pas lent, elle arriva dans l’arène. Les prisonniers étaient déjà présent et trois d’entres eux avaient des carrures monstrueuses, s’ils pesaient dans les cent vingt kilos alors il n’y avait pas un gramme de graisse. Le plus chétif et surtout le plus idiot rigola en la montrant du doigt, pour lui Kikïo ne faisait pas le poids contre lui. Il n’ut le temps de finir sa phrase qu’il ce retrouva plaqué au sol avec une force incroyable. Avec délicatesse, ce qui protégeait son arme s’envola un peu plus loin. Maintenant avec un bras son adversaire au sol elle pointa sa lame vers la personne l’ayant insulté et le retourna ainsi elle pouvait voir dans son regard la peur. Elle ce recula et le laissa ce relevait Kikïo passa en courant à côté de lui quand elle arriva derrière, sur sa lame ce trouvait du sang,, pourtant l’idiot était indemne. Une seconde s’écoula avant que le sang ne gicle, une première blessure lui ayant coupé les doigts, la deuxième les oreilles, la troisième avait mit à nu sa trachée et dans l’agonie il tomba au sol.

« Un autre veut ce moqué ? »

Comment avait-elle put le blessé si vite en si peu de temps ? La réponse est simple, lorsque le cerveau est confronté à une trop grande pression une seconde parait en faire dix. Elle a donc ut le temps de lui infligé toutes ses blessures. Kikïo marcha sur la dépouille du premier mort en attendant les autres. Elle fit tourner le manche de son arme dans ses mains lorsque cinq des combattants arrivèrent de tous les côtés. Le disque seul l’intéressé pour ce moment, celui arrivant en face ce fit couper un bras, l’autre à gauche perdit une jambe, celui de droite perdit la vue à cause du disque qui lui fit explosé les yeux, celui de derrière perdit l’ouïe ne possèdent plus d’oreille et l’autre la langue, il avait ut le malheur d’ouvrir la bouche pour la combattre, il avait maintenant un sourire montant jusqu’aux oreilles. Trois d’entres eux portaient le signe de la sagesse. Tu n’entendras pas les moqueries des autres, ton jugement ne sera pas corrompus par ta vue et tu ne diras point mot blessant. Elle voulait les punir en leur infligeant un sort cruel. Elle leur retiré chacun de leur sens un par un. Un fou ce jeta sur elle, elle ut largement le temps de sauter et dans un élan elle ce servit de sa lance comme d’une perche dont le plateau fut le corps empalé de celui qu’elle venait d’esquiver. Elle retira avec force ce que sa lame avait touché et au bout ce trouvait un cœur encore tout chaud tout palpitant pendant que le propriétaire bouger dans tous les sens à terre cherchant de l’air.

« Tortille-toi tant que tu le peux. »

Il fallut trente secondes pour qu’elle retira tous sens aux autres et dix secondes pour les décapité. Elle prit par les cheveux l’une des têtes et la lança sur le dernier gars avant les armoires à glaces. Il attrapa la tête et hurla courant comme un lapin dans l’arène. Kikïo sauta et s’accrocha à un balcon pour prendre de la puissance, elle ce propulsa et atterrit devant lame tendu. Le prisonnier ce donna la mort lui-même n’ayant pas ut le temps de calculer qu’il y avait une lame, il s’empala tous seul la gorge dessus. Elle retira sa lame dans un affreux craquement d’os brouillé. Il en restait plus que trois maintenant.

« Bon vous tous contre moi. »

Elle ne le répéta pas deux fois, elle envoya son arme dans le public, la lance ce planta sur une place libre à 3 mètre derrière les colosses. Pendant qu’ils arrivèrent elle sauta et posa sa main sur la tête du premier et prit de la puissance. Elle arriva au deuxième et dut déchirer sa robe sur le coté pour être plus à l’aise. Kikïo fit une vrille en l’air et arriva tête contre le sol, sa main ce posa sur le sol portant son corps et dans une intense rotation et un grand écart, elle explosa le deuxième à coup de pied l’assommant pour quelques secondes. Elle ce releva et passa sous les jambes de l’autres qui faisait le double de sa taille donnant un coup de genoux dans les parties génitales. Elle fit son dernier saut et retira sa lance des gradins. Elle avait remarqué sur chacune des trois brutes un point sans muscles ni os, elle mit toute la force qu’elle put et envoya sa lance. Elle ut une veine monstre de viser juste et d’empaler les trois d’un coup. Elle alla rechercher sa lance après être sur qu’ils soient mort. Elle baissa juste une fraction de seconde son attention, pas longtemps mais assez pour qu’un survivant ce relève et la propulse contre un des murs de l’arène avec une grande force. Son dos s’explosa contre et elle cracha du sang. Elle ce releva sourire aux lèvres, le combat allait être encore mieux mais son dernier combattant s’effondra au sol avant qu’elle ne puisse faire quelques choses.

« ….Pas marrant…. »

Ses habits souillaient de sang, elle retourna dans les gradins à côté de Kaito et nettoya son arme fière de ce petit bijoux. Elle avait de la veine de l’avoir entre ses mains.

« Cette arme est fantastique ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Mer 20 Aoû - 11:21

Jouissant du sang par ces chiens versés. Me baignant dans le sentiment de toute puissance que la mort de mes adversaires pouvait procurer. La tête d'euphorie transportée et par la teinte vermeille des combats terminés. Je vous survivrai et par votre mort donnerait à mon esprit de quoi me distraire un peu et savourer la délicieuse vue d'une faucheuse impitoyable abattant sur ses ennemis ce qu'ils méritaient pour oser porter ce nom Honni, Pallengad. Alors ils m'adorent? Comme c'est drôle, une âme si plongé dans les gouffres de la décadence, de la démence et du sadisme, ne devrait pourtant être vouée qu'à la haine, cependant. . .

"Ils ne me connaissent pas."
Répondis je avec un sourire narquois, en rengainant mon épée ensanglantée. Marchant sur les cadavres frais, mes bottes de cuir noir s'enfonçant dans le sang alors que les os inutiles se brisaient sous mes pieds. Écrasant ce qui se trouvait à écraser, frappant ce que je pouvait, crachant ma haine de ce peuple tout entier sur ces corps abandonnés, qui déjà par leur capture, s'étaient trouvés condamnés. Car même si ils gagnaient, ces pseudo concurrents ne survivaient pas, voilà la règle terrible de cette arène. Je souris, et quelle règle délicieuse.
Je m'assis à ma place précédente, savourant le vin sans me soucier de mes habits éclaboussés de sang comme jamais, je goûtais au spectacle alléchant de voir la haine des autres rivaliser avec la mienne, et voir ce désir de vengeance dominer toute raison! Comme moi. De voir l'arme destructrice à l'action, habité par cette rancune que la porteur aguerri transmettait à son arme quand il la saisissait, en faisant presque le prolongement de son bras. Pauvre impudent, ainsi se moquer d'une guerrière ? Ne sais tu pas que tu es de toute manière condamné à la mort et que par cet acte insolent tu ne feras qu'augmenter la douleur de ta sentence! Déjà les bras t'en tombe, n'est ce pas ? Et déjà la mort vient te saisir, dans la douleur et l'humiliation. Car n'est il pas humiliant pour un soldat sans cervelle, résolument machiste et de plus sarcastique envers l'ennemi, de se faire ainsi tuer par cette simple femme que tu montrais du doigt. Car non, ce n'est pas une simple femme, déesse de la mort, elle me ressemble. Diablesse impitoyable, comme elle m'est semblable, et pourtant, la démence l'a elle emporté aussi loin que moi ? Si l'on m'appelle le diable dans toutes ces contrées, n'est ce pas à cause de ma folie qui m'autorise tout. A cause de mon bras tout puissant qui peut atteindre,re tout, car je suis si haut placé. A cause de la sombre décadence qui m'a fait perdre la tête, je suis si loin enfoncé dans la route du mal que jamais je n'en serai capable de m'en sortir. Voilà l'effet, voilà la récompense, lorsqu'on suit aveuglement un tel désir de vengeance.
Oh et quel vengeance, il semblerait qu'en ce moment, cette rancune, ce profond et morbide désir, soit le disque, soit l'arme, voltigeant en tout sens pour chercher sa cible, comme agité d'une volonté propre, alors que tombe les sens, alors que pleut le sang, que le vent et l'odeur des cadavres et de la mort ne font qu'un ? Que ressens tu Kikïo RyO ? Penses tu que tu es juste ? Ne jamais penser qu'on est juste, la vengeance est profondément injuste et nous fait faire tant d'injustices, alors ne nous aveuglons pas, nous sommes injustes et fiers de l'être, nous sommes le mal et le faisons, et nous le faisons si bien que notre nom de tous est redouté. Le mien même des camarades de Stonefolm, semble il, et à raison ? Mais toi, à quel point désires tu faire redouter ton nom! En gros, à tu une pitié, dans quels instants, quand intervient elle, ce caractère impitoyable, à il une limite ?
Des répliques piquantes, et aussi aiguisés que la lame qui vous torture, qui vous achève, qui accomplis les noirs dessins de cette femme au cœur qui en ces instants, semble si sombre, semble inexistant. Et tant de grâce, tant de beauté dans la douleur, tant de splendeur, dansante dans le sang. Tu sembles aussi inhumaine que je le monde crois que je le suis. et le suis je ? Sûrement et pourtant, j'éprouve du respect pour certains, de l'amitié ? Parfois oui. Alors ?

"Toutes les bonnes choses ont une fin"

Répondis je à voix haute à son interjection. Alors elle avait finit ? Et que cela allait il être maintenant. Cette arme, fantastique ? En effet, elle avait semblé si vivante, elle était décidément quelque chose d'incroyable, je la regardais en lui répondant d'un air séduit, séduit ? Par tout ce sang et l'odeur de la mort.

" En effet je n'en ai jamais vu de telles, mais j'aime les traditions et me suis accoutumé fort bien à mes katanas. Je ne jure que par eux et tous ces poignards qui me rappellent tant de bons souvenirs."'

Le temps avec le vieil assassin, le temps ou, pour m'entrainer, je tuer les corrompus, les supposés traîtres, tous les nuisibles, petits ou grands, pour simplement me prouver que j'étais fort.

"Et maintenant ? Il est temps de cette fameuse sentence ? Ou y a il d'autres combats ?"

Je finissais mon verre de vin et le laissais tomber, se brisant au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kikïo Ryo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 26
Pseudo : Dragona
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Lun 25 Aoû - 21:23

Ce qu’elle venait d’accomplir était une belle marque d’injustice envers la race humaine, mais était-elle née pour être juste ? Certainement pas. Son jugement était injuste comme ce monde et elle s’en vantait. Dans son cœur régnait l’hiver éternel que seul le sang faisait battre à de bref moment. Elle avait vu le jour dans le sang, elle mourra dans le sang. Son regard ce posa sur la dépouille des prisonniers victimes de sa haine. Ils étaient passés d’humain à bestiole de foire pour devenir des bouts de chaires. Elle regarda ses mains qui avant le combat avaient tremblé d’excitation. Son esprit était atteint et détruit, elle aurait put devenir une femme de salon, peut-être noble ou bien une servante, qui sait ce qu’elle serait devenu si elle n’avait pas connut ce liquide rouge depuis ses tous premiers souvenirs. Peut-être qu’elle aurait ut un autre destin et ainsi ne connaîtrait pas une fin horrible car de la haine et la vengeance on obtient rien, on devient coupable et la sentence n’est autre qu’une profonde solitude. Kikïo le savait mais elle acceptait la punition, sa vengeance était plus importe que tout, elle voulait irradier ses montres à visages humains même si elle-même n’était pas loin d’eux.

« C’est le moment de la sentence. »

Kikïo avait hâte de voir ce doux moment, il y avait une telle ambiance dans ses lieux. Elle entendit le numéro de combat de Kaito et ut un sourire, dès son premier combat le conseiller allait pouvoir profiter de tous. Elle ferma l’espace d’un instant les yeux, le temps qu’ils amènent les condamnés à morts et cette fois s’il y en avait plus que jamais. La jeune fille siffla d’admiration, il allait pouvoir s’amuser. Qu’il en profite bientôt cet amusement prendrait fin.

« Tu vas pouvoir bien t’amuser. »

Kikïo fut bercé par le bruit que faisait les chaines que portaient les prisonniers, très peu apprécié ses bruits. Ils étaient si bénéfique à son âme si meurtri. Elle ce mit soudainement à ce demander si Kaito avait prit un rechange, sortir après dans la rue immaculé de sang ne serait pas très judicieux et risquerait de gâché la couverture de ce bar. Heureusement pour elle, la jeune fille possédait son habit de soldat. Mais il ne fallait pas pensée dés maintenant à partir, ce lieu lui était si agréable, cela lui rappelait les combats qu’elle menait au front. Elle ce disait que ce jeune homme s’amuserait bien sur le front à tous les tuer. Elle adorait voir la peur dans les yeux de ses chiens au moment où elle les transperçait sans aucun doute et aucun remord leur corps si inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Sam 30 Aoû - 19:35

Le moment de la sentence! Ce mot dans mon esprit résonnant. Le moment de détruire. L'instant ultime ou je possède dans ma main à la fois le ciseau de la mort et les fils de la vie! Oh la joie de souiller de la mort, oh la joie d'éclabousser les murs et de faire gicler la cervelle. La voix de jouer du luth sur les boyaux des ennemis ! La joie de faire des percussions avec leur os. La jouissance inouïe de donner la mort, existe-il alors quelque chose capable de la surpasser ? Je bus une goutte de sang.

"Fort bien. . ."


Dis je tout en gardant parfaitement mon sang froid, m'avançant de quelques pas vers l'homme qui était descendu sur l'arène, tenant dans ses mains une sorte de coupe. J'entendais derrière moi un encouragement à bien m'amuser, je souris. Instaurant dans les esprits la peur, un sourire qui n'était que trop connu dans le monde, le sourire de Miura Kaito, le sourire du diable. celui qu'il arbore lorsqu'il se tue, un sourire sadique, un sourire dément, déforment son visage, brisant sa froideur monotone dans une pose à la fois séduisante et repoussante.

"J'y compte bien."
Je tirais un chiffre, sept. Je ris en pensant au symbolisme de ce chiffre, le chiffre du diable. Je me laisser aller à rire, un rire qui ne pourrait que glacer le sang à l'assistance, alors que je voyais enchainés, arriver sept prisonniers. Mon rire les fis reculer, un rire glacial, un rire de fou, un rire monstrueux, un rire de psychopathe!

"Alors bienvenue, dans mon univers chers amis."

J'offris un simulacre obscène de révérence aux sept gens en leur annonçant ça, ce n'était pas vrai, trie ici ne m'appartenait, mais j'avais su m'approprier ce monde. Le monde du sang, c'était de ce monde que je parlais, le monde de la mort.

"Amenez moi des lames!"

Ordonnais je à l'homme à la coupe sans me défaire de mon regard. Lorsque je le vis débarqué avec un tonneau replis d'outils, et pas seulement des armes, je jubilais. En quelques secondes je me retrouvais face au premier prisonnier, lui enfonçant, dans les épaules, dans les mains, dans les cuisses et dans les pieds huit des épées que j'avais à ma disposition, le crucifiant contre le mur de la pierre. Alors je me fis amener plusieurs bidons, l'un de sel, l'autre d'huile, et le dernier d'alcool à 90%. Je lançais du sel sur les plaies de l'homme en souriant. Avant de le laisser agoniser. Je prenais à part un deuxième, lacérant son torse avec deux petits couteaux, j'y lançais ensuite l'alcool et me passais la main dans les cheveux, me réjouissant de ses cris. Lui coupant ensuite les pieds, je le poussais sur son compagnon. Le troisième put tâter de mon fouet. Je faisais le compte, 78 coups de fouets sur lesquels je mettais aussi du sel. Le quatrième eut le droit à pire. . . Avec mes couteaux, je lui ouvrais tous le dos superficiellement, de sorte à ce que seule la peau soit tranchée, je me saisissais ensuite des deux bords de la plaie et je tirais, de sorte à lui arracher sa peau. Je réussis à lui arracher toute la peau du dos avec une partie de celle du torse. Son cri fut déchirant, âme sensible s'abstenir. Je finis de renverser le sel sur son corps à vif. le cinquième se vit les yeux arrachées et les orbites emplies d'alcool à 90%. Le sixième fut scalpé et baigné dans l'alcool. Le dernier se fit trancher le bras gauche en fines rondelles et le plus lentement possible, j'avais pris soin de prendre pour ça, le sable le plus rouillé possible. Après avoir réunis trous les prisonniers qui n'avaient pu rien faire pour se défendre sur un tas. Je vidais l'huile et lançais une torche, souriant en regardant le feu de joie. Je me tournais alors vers Kikïo, et allais la retrouvais.

"J'ai été assez créatif ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kikïo Ryo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 26
Pseudo : Dragona
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Sam 30 Aoû - 20:44

Il était rare qu’elle admire quelqu’un, il était rare que dans ses yeux ce reflètent la silhouette de quelqu’un. Jamais elle n’aurait pensé un jour pouvoir s’amuser et partager un moment comme celui-ci avec une personne identique à elle. Elle qui s’était fait piétiné dessus depuis toute petite. Son cœur qui ne raisonnait que pour la vengeance, ce cœur qui battait sans doute à l’unisson avec celui de Kaito. Voir ainsi ce sourire ne pouvait que l’attirer. Elle n’en avait pas peur, au contraire il l’attirait. Kikïo ne pouvait que reconnaître que cette personne était un monstre à visage humain. Si le diable aurait été réincarné chez l’humain, ce diable serait certainement Kaito.

« ….que le sang coule ouvrant une porte dans les yeux de nos confrères… »

Il forçait l’ouverture d’une porte, montrant l’exemple aux citoyens, renforçant leur haine. Pourtant dès que la guerre sera finit on aura oublié le nom de ses deux personnes. Ces deux vies insignifiantes au milieu de tant d’autres. On ce rappellera que des héros de batailles nobles et courageux s’étant battus depuis le début uniquement pour le royaume et non pour leurs désires personnels. Kikïo le savait et cela elle l’acceptait tant qu’elle pouvait ce venger. Quel hypocrite ! Vraiment avait été telle capable de si faire ? Bien sur que non. Au fond d’elle, elle ce sentait attrister quand elle ce disait qu’à sa mort personne ne serait là pour la pleurer, personne ne viendrait la voir sur sa tombe, et qui dit qu’elle aurait une tombe. À sa mort on la jettera comme une vieille bûche et on dira d’elle que cette femme n’a jamais ut de cœur. Elle détestait ce dire cela car ainsi elle avouait qu’elle avait un cœur sinon elle s’en ficherait complètement. Son poing ce serra et dans la seconde qui suivit fit le mouvement inverse, il fallait qu’elle pense à autre chose.

« …le diable reproduisant la sa scène de Jésus crucifié quelle ironie… »

Jamais elle n’aurait loupé une goutte de ce délicieux spectacle. Elle qui avait vu son âme sombré dans la folie très jeune. Son corps frissonna de plaisir. Les lames s’enfonçaient si facilement dans la peau de ses gens, on aurait cru que leurs os étaient faits de cire. La salle complète avait une étrange lueur rougeâtre. Certaines personnes un peu trop sensible caché leurs yeux de ce moment crucial même s’ils étaient heureux d’entendre le sang coulé. Les cris des hommes étaient une douce symphonie à ses oreilles, cette musique allait parfaitement bien avec l’état de son âme, chaque personne apprécie une musique en particulier reflétant ainsi son état d’esprit ce qu’on appelle une partition intérieur. Et bien celle de Kikïo, la musique de son cœur n’était autre que cris d’hommes, que de son de sabots allant à la guerre, d’épée croisant le fer. Sa partition était sinistre, si elle était une fleur, elle serait certainement un chrysanthème d’une beauté immense mais par son symbole n’apporte que la mort et la tristesse.

« …quel magnifique feu. »

C’était les mots qu’elle prononça à Kaito. Ce feu se reflétait dans ses yeux miroitant la haine de cette ville. La jeune fille aurait tant aimé qu’il fasse partie de son équipe. Elle aurait put profiter chaque jour de ces scènes comblant son cœur d’un vide qui restera néant à vie, un trou qui aurait dut accueillir l’amour, quelque chose qu’elle ne connaîtrait jamais et qu’elle ne veut ressentir. Ils devaient partir pour continuer leur ballade. Elle lui fit signe qu’elle devait s’absenté quelques secondes et de l’attendre. Elle rejoignit le premier vestiaire et renfila sa tenue de soldat, une tenue possèdent une jupe vraiment courte l’aidant au combat lui laissant une liberté de mouvement sans égal mais qui avait plusieurs fois désorienté ses pervers de soldats. Elle sortit du bar et vit Kaito qui l’attendait au coin de la ruelle. Elle courut pour le rejoindre plus vite.

« On avance. Je te laisse décider de la prochaine destination. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Dim 31 Aoû - 23:48

J'opérais à un simulacre de révérence devant la jeune femme en lui disant ces mots.

"Merci madame, ce compliment me touche profondément. Presque aussi profondément que s'enfonça ma lame dans le cœur de ces chiens. Et c'est à moi de vous être reconnaissant et ce pour une chose. Avoir en toute connaissance de cause, fait entrer le conseiller en ce lieu, vous m'avez témoigné une certaine confiance et vous avez m gratitude pour ça car rarement je me suis autant amusé. En tant que conseiller l'on n'a que peu l'occasion de se défouler ainsi sur ses véritables ennemis."

Dans ces remerciements sincère, il y avait une note de sarcasme, juste parce que c'était moi. Et que dans ma voix toujours vous trouverez une lueur de sarcasme, c'est ce qui fait mon charme. Dans ce sourire, se reflétait la démence d'un esprit démolit par la dureté impitoyable de la vie. Dans mes yeux, même un aveugle aurait pu voir le sang bouillonnait, comme si j'emprisonnais dans mon, regard, l'image de tout le sang que j'avais fait coulé. Dans ce visage aux traits effrayants et pourtant si attirants, on pouvait lire tous le désir de vengeance. Mais il semblait que personne n'ai jamais été capable de lire cette profonde mélancolie, cette nostalgie terrible que je refusais même de m'avouer à moi-même.

Me dirigeant vers les vestiaires, je retirais ma chemise blanche, la laissais là, le sang l'avait trop souillée cette fois pour qu'elle puisse être rattrapée, ainsi je ne mettais au dessus de mon torse nu, que ma veste trois quart noire, laissée ouverte et qui laissait ainsi voir un torse tatoué d'une ronce qui le traversait en diagonale et d'une cicatrice qui croisait le tatouage. Musclé à la manière la plus parfaite. Bien sûr la beauté était relative, mais l'on me disait ni trop musclé, ce qui était repoussant, ni pas assez. Enfin, c'était les compliments que j'avais reçu de ceux qui avaient eu la chance de le voir tout du moins. Je sortais ainsi, le sang sur mon pantalon noir ne se voyait pas.

"La prochaine destination ? Et bien tout dépend de ce que tu veux faire ? As tu faim ? Es tu fatiguée, où as tu envie de quelque chose en particulier."

Demandais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kikïo Ryo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 26
Pseudo : Dragona
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Lun 1 Sep - 22:42

Kikïo était contente de savoir qu’il s’était amusé. Après tous cela change de son boulot quotidien. Il devait souvent être enfermé dans une salle, et dans la ville on ne voit guère beaucoup de sang. La jeune femme ne put que remarquer la tenue du jeune homme. Kaito n’allait pas passer inaperçu. Montrez son corps ainsi était pas très bien vu. Elle avait hâte de voir comment les gens allaient réagir. Kikïo étant avant tous une femme, et de le voir ainsi, elle baissa les yeux gêné. Quelle idiote ! Elles avait déjà vu des torses bien que la température devait être différente avec celui de Kaito. Elle soupira longuement en avançant, la jeune guerrière ne pouvait que ce maudire d’agir comme cela.

« ….heu….Allons manger…. »

La jeune fille avait bien sur une autre idée. Elle ne voulait pas allé manger dans une taverne. Elle s’arrêta à plusieurs reprises devant des stands et acheta de la salade, des tomates et de la viande séché dont le prix avait augmenté depuis la guerre et continuait de grimper. C’est ainsi qu’elle avança pour quitter tous ses marchands.

« Qu’est ce qui a réveillé votre haine et votre envie de vengeance ? »

Sa question était certes impolie mais elle avait envie de savoir plus sur le passé de cette personne ce tenant à cet instant à ses côtés. Elle ne le forcerait pas à répondre. Elle s’arrêta devant une église et fit signe à Kaito qu’il fallait rentrée. À cette heure, la maison de Dieu semblait être abandonnée. Kikïo ce dirigea vers l’un des chandeliers qui décoré une statue et l’illuminé et le saisit, elle avait décidé que ce serait cette objet qui éclairerait ses pas.

« C’est un peu plus haut….. »

Enfin elle arriva au cloché, elle s’assit à genoux sur les planches de bois qui servaient de sol. Ils étaient si hauts qu’on pouvait voir une bonne partie de la ville et la vue était assez jolie. Elle posa les provisions et pointa son regard vers le ciel. Les étoiles étaient magnifiques , elle n’y avait jamais vraiment fait attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Mar 2 Sep - 0:13

La question tomba comme un cheveux sur la soupe… Je m’arrêtais net, de plus nous étions devant une église, c’était quoi le plan putain. Je me sentais dépassé, c’était pas du tout mon genre de parler de mon passé dans un lieu romantique en mangeant des plats à emporter.
Je la regardais mais la suivais en haut. Attendons de lui avoir donné le bénéfice du doute pour brandir le panneau stop. Ce soir j’étais d’humeur à la schyzo, aux tueries sanglantes, aux longues réflexions sur le vengeance et ses conséquences. Ce soir je n’étais pas là pour débiter ma vie comme un nouvel amant rencontré deux heures avant.


« Ce qui a réveillé ma haine et mon envie de vengeance ? »

Je m’adossais à un mur en jouant avec un de mes poignards, je n’avais pas envie de me confier ce soir. Okay, elle dépassait le stade de la simple connaissance maintenant, j’appréciais cette fille, nous avions des choses en commun très certainement et je la respectais, mais me confier ainsi, je n’en avais pas envie.


« Ecoutes, je vais pas te raconter ma vie ce soir, c’est pas du tout mon genre, j’aime garder ma part de secret et de mystère perso et si les souvenirs sont très présents en moi, ils ne sortent jamais de moi. Commences pas à me vouvoyer non plus ? T’es mal à l’aise ou quoi ? Okay je t’apprécie, tu peux te vanter de ça, tu es une des très, très rare personne à pouvoir t’en vanter mais n’en fais pas toute une histoire, je suis pas du tout dans le genre confidence. Surtout dans ce genre de coin romantique à la mord moi le noeud. J’apprécie, c’est sympa comme endroit, mais ça fait vachement vieux bouquin à l’eau de rose. »

Je la regardais en gardant un sourire narquois qu’elle ne devait pas prendre mal, si elle avait pu s’habituer, elle aurait compris que ce sourire faisait partie intégrante de mon visage.


« Je veux me venger c’est comme ça personne n’as besoin d’en savoir plus, si tu veux faire plus ample connaissance, partager des états d’âme, retente ta chance une prochaine fois. J’ai le moral au massacre et pas aux jolies discussions au coin du feu. »


Je m’asseyais et mangeais une bouchée en regardant la vue, j’espérais l’avoir refroidi sans l’avoir trop froissé mais j’avais peut ^être un degré e plus qu’elle dans le mal et la sécheresse de cœur. Je n’étais pas du tout du genre à donner à manger à des orphelins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kikïo Ryo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 26
Pseudo : Dragona
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Mar 2 Sep - 2:13

Ses yeux ce perdaient dans le ciel. Le vouvoiement n’avait pas été volontaire, elle ne s’en était même pas rendu compte. Kikïo écouta les dires de Kaito d’une oreille distraite. Dans sa tête les bruits de sabots raisonnaient, elle sentait encore sur son corps les coups et les blessures qu’enfant elle avait encaissé avant de rejoindre Stonefolm. Ses idiots de soldats ennemis qui s’étaient donné un malin plaisir à la torturer et ce guerrier qui lui avait infligé des marques de brulure sur son corps, lui qui avait essayé de la tuée avec son électricité. C’était juste une enfant, qui avait perdu tous protégeant le dernier cadeau du dragon qu’elle traitait comme son père. Son visage ce durcissait rien qu’en repensant à tous sa. Son regard ce dirigea vers l’horizon, vers Pallengad. Elle aurait tous fait à ce moment là pour tous les tuer, elle s’était juré de réserver une mort particulière à ce mage de l’électricité. Kikïo ce rendit compte qu’elle avait été un soupçon trop absente ces dernières minutes.
« …Pallengad… Je donnerais tous pour les anéantir jusqu’au dernier ! »

Kikïo sentit une présence non pas humaine, elle ut un sourire cachée, il était évident qu’elle savait qui n’était pas loin. Elle prit une tomate et croqua la moitié avant de balancer l’autre partie dans le vide. Ce geste aurait put paraître bizarre même pour elle si elle n’était pas entièrement sûre qu’il était en bas. Un grognement ce fit entendre, un grognement à en faire tremblé l’église, bien qu’elle était déjà un vieux débris.

« … Idiot tu peux venir…. »

Elle ne parlait pas à Kaito comme on aurait put le penser. Juste à l’ouverture du clocher apparut un dragon blanc et aux yeux jaunes, un dragon à crête. Sans faire le moindre bruit le nouvelle individu arriva au côté de Kikïo après avoir galérer pour rentrer ce qui provoqua un léger rire de la belle. Hike lui ne semblait pas trouver cela marrant et grogna légèrement.

« Tu ne vas pas bouder quand même !....Kaito je te présente Hike, mon petit frère. »

Dit sa comme sa on l’aurait prit pour une cinglé, mais elle était sérieuse. Kikïo posa sa main entre les deux yeux d’Hike pour le caresser. Il devait être certainement le seul à la voir sans folie meurtrière et à peu près normal, elle était vraiment adorable avec son frère, c’était la personne la plut importante à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Mar 2 Sep - 23:09

Lorsque je regardais au-dehors, je ne voyais qu’une nuit claire, parsemée d’étoile. Cette vision était un aperçu si trompeur à mes yeux, un véritable mensonge. Il tentait à faire croire au spectateur naïf que le monde était beau. Mais le monde n’était que souffrance, la vie n’était que souffrance. La douleur était à l’essence même de toute chose et la vie n’était qu’un sombre couloir de douleur ou parfois traînait ça et là quelques fenêtres.
Mais la lumière de ces fenêtres est aveuglante.
Voilà pourquoi, j’ai fermé les volets, condamnés à jamais. Pour ne pas être aveuglé pour ne pas perdre de vue le bout du couloir, pour ne pas m’arrêter d’avancer.
L’homme naïf avance.


« Et moi donc… »


Répondis-je froidement, avec sang froid, de manière à ne pas laisser voir mes sentiments. Ils m’appartenaient et en me demandant de partager mon passé, elle m’avait comme effrayé, refroidi. Cela passerait, mais je n’aimais pas me sentir trop proche des gens. Les liens ne sont que des faiblesses de trop, ils n’apportent que des ennuis.
Aveuglé par la lumière de la fenêtre il s’en approche.


« A qui tu parles ? »

Car ça remarque semblait répondre à l’espèce de coup de tonnerre qui venait de faire trembler l’église, chose étrange, on ne parlait pas au to nerre, a moins d’avoir perdu le sens commun.
Rendu fou par la lumière, il s’engouffre pour s’envoler.


« Et bien. . . Bonjour Hike. »

Répliquais-je avec un regard surpris qui faisait assez étrange sur mon visage, accompagné d’un sourire sarcastique.
Et il s’écrase.


« Ton petit frère ? Oh. . . Tu pourras peut-être m’expliquer que je n’ai pas vu de grande ressemblance entre vous. »


Répondis-je ironique en approchant ma main de l’animal.
Et meurt, brûlé par la lumière traîtresse.


« Je peux le toucher ? »


Ces animaux m’avaient toujours fasciné, mais je me pensais premièrement incapable d’en posséder un, notamment à cause du lien que ça impliquerait. J’étais incapable d’entretenir un lien aussi fort. Et en général, quand on connaissait à trop me connaître on se méfiait de moi. Mes pseudos amitiés se limitaient à de l’appréciation et du respect en général. Etre véritablement ami impliquerait une confiance mutuelle, une préoccupation trop poussée de l’autre qu e je n’étais pas disposée à fournir.
Cela ne m’arrivera pas.
Je vivrais dans l’ombre, pour la vengeance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kikïo Ryo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 26
Pseudo : Dragona
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Mer 3 Sep - 19:23

Kaito semblait la prendre pour une folle, elle parlait seule ? Pas si sûr, enfin une raison apparaissait aux yeux du jeune homme. La réaction de ce dernier semblait fortement plaire à la demoiselle mais la phrase du petit diablotin en culotte courte lui fit perdre son sourire. Elle le tapa à l’arrière de la tête comme une sorte de punition pour ce qu’il avait dit et lui tira la langue pour ensuite prendre un air supérieur et le mettant ainsi au défit. Kikïo regarda Hike et approcha sa tête de celle nettement plus grande de son frère, leurs regards ce croisèrent pendant plus d’une minute avant qu’elle ce recule.

« … Je pense que tu peux le caresser… »

Elle attendit que Kaito s’approche pour le caresser et poussa le bouc émissaire sur Hike. Le dragon le bloqua avec ses ailes pour ne pas le laisser bouger et d’une certaine manière réussit à le hisser sur son dos. Le sourire qu’avait la demoiselle à ce moment là ne présager rien du bon bien au contraire il fallait s’en méfier.

« Ne le ménage pas Hike ^^. »

Le dragon ce recula jusqu'à ce que sa queue touche le mur de brique et fit marche avant à grande vitesse, la distance entre le vide et le lieu où ils ce trouvaient été très courte. Hike ce jeta dans le vide, sa tête arriva droit vers le sol. Il ce stabilisa à un centimètre du sol et remonta en faisant des vrilles. Le frère de Kikïo passa dans de très petite ruelle en ce mettant de coté, une aile orienté vers le sol et une autre vers le ciel. Il ce remit bien après la ruelle et ce baissa pour ne pas ce prendre un fil de linge que Kaito devrait ce prendre en théorie avec tous les habits.

« Ils en mettent du temps… »

Voilà maintenant dix bonnes minutes que Kikïo attendait en haut du clocher, elle ce pencha à la fenêtre et chercha quand soudain quelque chose arriva à toute vitesse, elle ut à peine le temps de sauter en arrière pour atterrir sur les fesses, ses cheveux étaient ébouriffé, on aurait crut elle au réveil. Elle baissa la tête furax et ce releva en ce dépoussiérant. Sa main choppa la crête du dragon et approcha sa tête de celui-ci. Elle n’ut le temps de dire mot qu’il soupira en créant une petite flammèche qu’elle put échapper de justesse. C’était un cas celui là, mais il savait très bien qu’elle ne le prendrait pas si mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miura Kaito

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 26
Pseudo : Lucifel
Date d'inscription : 23/07/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Dim 7 Sep - 22:55

Voler.
Transcender les airs.
Vaincre le temps et ainsi s'exclure d'un espace étouffant.
Changer de monde et goûter à la liberté.
Oublier tout ce qui fait la vie de tous les jours, les douleurs et les simples soucis.
Tout détruire, annihiler la mort elle même par une simple envolée solitaire dans un univers nouveau.

Je me retrouvais d'un, coup couvert de culotte de grand mer que je jetais au vent et continuais cette incroyable expérience. Moi qui était si dur, voir impossible à émouvoir, j'étais impressionné, j'étais exalté. . . Enfin bref, pour la première fois depuis longtemps, je dis ce mot sincèrement.

"Merci"
A l'oreille du dragon.
Ce fut a peu près dix minutes après que nous arrivâmes à nouveau au clocher, mais cet intervalle de temps m'avait parut bien plus long, comme si le temps de déformait de sa propre volonté, rien que pour faire durer mon plaisir, moi qui en avais si peu.

"Et bien."


Je descendais du dos du dragon, le vent avait plaqué mes cheveux en arrière et en me relevant, j'avais une coupe de cheveux assez ridicule, il fallait bien l'avouer, mais c'est avec un grand sérieux que je remerciais la jeune femme.

"Je te remercies de m'avoir accordé ce privilège."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kikïo Ryo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 26
Pseudo : Dragona
Date d'inscription : 04/08/2008

Feuille de personnage
Perso:
Level:
0/0  (0/0)
Liens/Relations:

MessageSujet: Re: Bref moment de répis   Dim 14 Sep - 18:43

Le temps semblait duré si longtemps. Non, à ses yeux il s’était arrêté pour une raison inconnue. Tous ses mouvements semblaient être comme aux ralentis. La vérité était que son cerveau lui donnait cette impression pour que ce moment reste gravé dans sa mémoire et dure plus longtemps qu’a la norme. Il était rare que la jeune femme s’amuse ainsi et surtout en une journée. Elle vit de loin le dragon revenir, quand Kaito la remercia ses yeux s’ouvrirent grand et elle aborda un sourire narquois après ce petit moment de surprise.

« Hé bien, hé bien… Le vent saurait-il rentré dans ta tête pour te chaviré à ce point ?! Il est bien rare que tu remercies quelqu’un et tu l’as fait trois fois aujourd’hui. Je t’étonne à ce point ? »

Elle semblait satisfaite du résultat qui s’affiché devant elle. Cette journée lui avait montré que finalement elle n’était pas si seule que cela. Elle qui même avec son frère dont aucune ressemblance pouvait laisser le doute à un éventuelle lien parenté, elle ce sentait beaucoup moins isolé. Cette personne en face d’elle, avait vécut des moments semblables aux siens. Kikïo prit une pomme et commença à la manger pour combler ce manque d’action et cette faim qui surgissait.

« Il va falloir que je prenne congé. Après tous j’ai une mission demain. »

Kikïo voulait être en pleine forme pour demain, le moindre relâchement pourrait lui ôté la vie. Elle fit signe à Hike d’avancer, qu’elle le rejoindrait. Le dragon s’envola lentement un peu plus loin. Elle passa sa main dans les cheveux du conseiller et les ébouriffa encore plus avant de rire légèrement.

« La prochaine fois, pense à un peigne ^^. Bye ! »

Kikïo fit un signe de main et s’approcha de l’ouverture donnant sur la ville, comme ils dominaient tous, cela faisait assez haut. Elle n’hésita pas et sauta. Elle continua sa chute et a ut mètre du sol, Hike arriva et la rattrapa, ce n’était pas la première fois qu’elle le faisait et cela l’amusé beaucoup. C’est ainsi que le dragon s’éloigna avec sa sœur sur son dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bref moment de répis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bref moment de répis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eldenia Sekai :: Royaume de Stonefolm :: Petite Citadelle-
Sauter vers: